Championnat de France de Blood-Bowl

INFO: Merci d'aller dans : profil/préférence et de cocher "oui" sur "autoriser les HTLM"

C’est quand qu’on joue ?



Derniers sujets

» Match de classement Saison XII 9 à 12
Aujourd'hui à 9:59 par Ægir

» Seconde édition!
Mar 17 Oct - 13:51 par Don Quigeek

» Inscriptions S3 In Game
Lun 16 Oct - 23:26 par Reyold

» Match de classement Saison XII 5 à 8
Lun 16 Oct - 22:21 par Meteorann

» Inscriptions S3
Lun 16 Oct - 21:34 par Julucky


    La revue de presse, saison 2

    Partagez
    avatar
    Gris-gris
    Admin

    Messages : 507
    Date d'inscription : 18/01/2011
    Age : 38
    Localisation : Sainte-Marie-Cappel (Cassel, Nord)

    La revue de presse, saison 2

    Message  Gris-gris le Mer 4 Jan - 13:14

    J1 Les Boucs Carcassonnais vs les Tiots Rats Cominois

    Faut pas cacher qu'on avait quand même un peu le trac sur cette première journée de D1. On avait pas peur, on avait le trac. Et puis quand même y avait une sacrée bande de costauds en face, la bande des Lords fruités guerriers du chaos, le gros mino Dakarut, et puis Shagfagor, le bouc gonflé aux stéroïdes. On les avait à l'œil. Alors on avait pris un peu de substances illicites pour se donner du courage. Pas vraiment qu'on avait peur, c'était plutôt pour la concentration.

    C'est nous qui avons eu le ballon, mais alors qu'on se préparait à courir, comme d'hab', on avait à peine tourné la tête pour regarder où allait le ballon qu'on s'est rendu compte que les boucs étaient sur nous. Et au contact, comme ils sont plus costauds... alors on a cogné, et c'est là que les substances qu'on avait bouffées ont été bien utiles. On n'en a pas sorti un seul, mais on les mettait par terre, et ils pouvaient pas riposter, ou presque. C'était tendu, mais on n'avançait pas.
    On a eu du bol, parce que le mino Dakarut était pas dans un bon jour. Il voulait rien faire. En fait le coach d'en face m'a dit que toute la saison dernière il était pas dans un bon jour...
    C'est Emmental le premier qui a craqué. Il s'est fait tacler en essayant d'échapper à Lord Fraise et Dakarut et s'est retrouvé sur le banc des ko. Heureusement, Rollot de Fruges, un petit nouveau, a envoyé Lord Banane pleurer sur son propre banc, ça égalisait les chances.
    Pendant que ça cognait, y a Sire de Créquy qui s'est faufilé par le côté droit et qui a marqué, un peu après le milieu de la première mi-temps, comme ça, l'air de rien. Y a bien un des Carcassonnais qui a cru qu'il pourrait le jeter dans le public, mais le tiot coureur a fait une petite glissade au bord du terrain, et hop ! Il a couru très vite. Ça c'est dans nos cordes. Un bon tiot rat le Sire de Créquy.
    Il fallait restés concentrés, parce que les boucs avaient encore le temps de marquer en se dépêchant un peu. On a eu une belle frayeur quand Lord Banane a failli tuer Crayeux de Roncq. Mais plus de peur que de mal, après les bons soins de l'apo.
    Par contre c'est l'apo d'en face qui a pas gazé quand Dakarut le gros mino est venu s'écraser contre Boulette d'Avesnes. Boulette d'Avesnes avait rien (il avait l'air lui-même surpris), mais le mino bougeait plus. Et après le passage de l'apo il ne bougeait toujours plus. En fait je crois qu'il bougera plus jamais. C'était vraiment pas un bon jour pour Dakarut.

    La deuxième mi-temps, nous on était contents parce qu'il y avait un gros en moins en face. C'est Spra'nogor qui a attrapé le ballon. Nous on s'est dit qu'il fallait qu'on les contienne. Alors ils ont essayé de forcer et puis on a tenu. Ils ont encore essayé et puis on a tenu. Alors ils ont encore essayé, et puis on reculait un peu, mais pas beaucoup. Et puis ils ont encore forcé, et puis l'arbitre a sifflé la fin de la rencontre.

    Le match a fini sur un score de 1-0, mais on a eu 9/20 comme note de match. On comprend pas. Pourtant on a buté un mino !



    J2 Match annulé



    J3 Les Raptors de Limoux vs Les Tiots Rats Cominois

    Nom d'une souris à roulettes ! Quelle branlée !
    J'en vois qui se disent "mais, 3-2, c'est pas la fin du monde", qui imaginent un match rempli de rebondissements, de tension.
    Ah, ça ! De la tension y en a eu !
    Mais c'était une branlée, je suis formel.

    Ça a commencé un peu dur quand Carré du Vinage, un joueur de base un peu prétentieux, s'est mis en tête de récupérer la balle alors qu'on lui avait rien demandé, comme ça, dès le début du match. Comme c'est pas trop son truc, la balle, d'habitude, il a failli la flanquer par terre, mais il l'a serrée très fort contre son petit torse velu. On voyait tout de même qu'il avait pas l'étoffe d'un champion. Alors on s'est adaptés pour le protéger, en se disant qu'on trouverait bien une ouverture plus tard.
    Mais les Raptors, eux, ils avaient une technique. C'était taper. Fort. Et sans discontinuer. Alors les saurus ont cogné. Dès le premier contact, ils ont fracassé la mâchoire d'Emmental. On faisait pas les malins. Quand ils ont sorti du terrain aussi Mimolette et Boulette d'Avesnes, on a commencé à se dire que ça partait mal.
    Les saurus nous avaient encerclés plutôt efficacement, y avait plus que Sablé de Wissant, notre lanceur (pas la star, l'autre) qui était libre. Alors Carré du Vinage a essayé de lui faire une transmission. Et bam, le ballon lui a glissé des mains... Et là ça a été fulgurant : avant même qu'on ait eu le temps de se retourner, le petit lézard Istyolt s'est emparé de la balle et a marqué un touchdown.
    D'habitude c'est nous qui faisons ça... On était un peu vexés.

    Les Raptors ont ensuite botté la balle en fond de terrain. Alors que les saurus continuaient à taper fort, Fleuron de Bruges est allé la chercher puis a fait une transmission à Gris de Lille, qui nous a fait une de ces courses éclair dont il a le secret vers la ligne de touchdown. Y a pas à dire, les vieux de la vieille, on peut vraiment leur faire confiance, leur technique est rodée. Pendant ce temps là, les saurus continuaient à cogner, assistés par Kro'quetli le kroxigor qui s'aplatissait de tout son long sur nous avec son armure à pointes. Il avait l'air d'aimer ça. Rollot de Fruges et Mignon ont moins aimé, ils se sont fait sortir à ce moment-là.

    Il y avait 1 partout à la mi-temps, après une tentative avortée par les skinks de passer notre défense. A ce moment-là, on se disait que ce serait dur - on n'était plus que dix sur le terrain - mais on y croyait encore.

    Et puis les saurus ont continué à cogner. Pavé de Roubaix n'a pas fait long feu. Puis Maroilles a failli crever sous Kro'quetli, y a des jours où on est contents d'avoir un apo.
    Sire de Créquy a failli faire tourner le match quand il a réussi à arracher le ballon héroïquement à Uazit-qa après que la cage qui le protégeait ait été écartée, mais la balle est tombée directement dans les pattes de Tehechihutec. C'était déprimant. On était déprimés. Et les saurus cognaient encore et encore. Et le kroxigor s'écrasait sur nous tous les uns après les autres. Ça a été monstrueusement efficace : Fleuron de Bruges, Sire de Créquy, Carré du Vinage sortis, Boulette d'Avesnes blessé. On n'avait plus que trois joueurs sur le terrain, et pas les plus costauds : Crayeux de Roncq était aux prises avec les saurus, Mimolette faisait des tentatives désespérées pour attaquer le porteur de balle et Gris de Lille courait pour sauver sa peau... C'était pathétique. C'est à ce moment-là que Tehechihutec a marqué.

    Mais quand, à l'engagement suivant, Sablé de Wissant a fait une passe à côté de Gris de Lille (qui se préparait à courir comme un forcené) et que la balle est tombée sur Tehechihutec, là on s'est dit qu'il fallait vraiment retourner à l'entraînement... On s'est même demandé un instant qu'est-ce qu'on foutait en D1... On n'a rien pu faire pour l'arrêter, ça faisait 3-1, peu avant le coup de sifflet final.

    Alors quand finalement on a eu l'engagement, que Sablé de Wissant a quand même réussi une passe et que Gris de Lille a marqué, on s'est dit que l'honneur était sauf, mais qu'il y avait pas de quoi être fier.

    On va se faire notre match-retour la journée prochaine contre les Raptors de Limoux. Et on est contents parce qu'on peut pas rester là-dessus longtemps. Au prochain match ils verront qui sont les maîtres ! On leur fera la peau à tous ces saurus de mes deux ! Et on réservera un traitement spécial à Tehechihutec ! Et on aplatira le kroxigor ! Hein les gars ? Eh ! Revenez ! Tas de moules !



    J4 Les Raptors de Limoux vs Les Tiots Rats Cominois : le retour
    Alors, au début du match, on était concentrés. On avait pas peur, on était concentrés. On avait bien préparé nos arrières : une petite souris attendait les joueurs avec une bonne bière dans les vestiaires, on avait négocié les services d'un magicien, au cas où, nos supporters étaient à cran, prêts à en découdre... Et quand on a su qu'on aurait la balle à l'engagement, on s'est dit que ça partait plutôt bien. Au moins c'est pas les gros lézards qui allaient taper en premier.

    Donc, au début du match, on a commencé, méthodiquement, par jeter les lézards dans le public. Ça faisait de la place. On a sorti comme ça Teheuitz le saurus et Xhomiq-shi le petit skink agressif. Pour faire ça fallait qu'on se rapproche un peu des bords et les Raptors nous mettaient la pression. Quand Garmatz a mis Pavé de Roubaix ko, on s'est rendu compte que Fleuron de Bruges, notre lanceur qui avait ramassé la balle, était pas très protégé.
    On a eu une grosse suée quand on a vu le gros Itz de la Rivière courir en faisant trembler le sol pour se rapprocher de Fleuron, et on n'a pu réprimer un sourire quand il s'est explosé la tronche par terre, commotionné, sorti du terrain pour le match.

    C'est à ce moment que la vermine de choc Boulette d'Avesnes en a collé une à Tehechihutec, et lui a écrasé la main. Splarf ! C'était dans nos plans de faire la peau à cette raclure qui nous avait ridiculisés au dernier match, cette espèce de skink aussi costaud qu'un skaven et aussi agile qu'un coureur d'égout. Là, le moral des Raptors a commencé à être en berne. On a fait une percée sur le flanc droit en partant à plein de rats sur le côté tout en protégeant notre lanceur star.
    Ca continuait à bastonner sec au milieu du terrain. Crayeux de Roncq s'est retrouvé à l'infirmerie. Sans l'apo il aurait toujours eu un genou faiblard, mais il est revenu sur le terrain. Il avait quand même pas la frite. Il a connu de meilleurs jours Crayeux de Roncq...
    Fleuron de Bruges a passé la balle à Mignon, le petit nouveau chez les coureurs d'égout. Tehechixl l'a flanqué par terre en nous contournant (ça court aussi les lézards !), mais s'est fait jeter lui aussi dans le public la minute d'après. On commençait à être en sérieuse supériorité numérique. Alors on a cogné sur tout ce qu'on voyait, et pendant ce temps-là, Sire de Créquy a ramassé la balle et a couru comme un dératé jusqu'à la ligne de touchdown.
    Ça, c'est ce que j'appelle de la stratégie !

    Le public était énervé. A l'engagement ils nous ont lancé des pierres. Notre lanceur Sablé de Wissant est sorti assommé du terrain, le skink Lotsqa saignait à la tête. Rien de grave, mais on l'a pas revu du match.
    On a envoyé la balle en fond de terrain, et en plus le skink qui est parti ramasser la balle a mis du temps à aller la chercher. Les échanges suivants ont été violents. Kro'quetli le kroxigor s'est aplati sur Crayeux de Roncq, qui est resté à l'infirmerie (on se disait bien que c'était pas son jour). Pendant ce temps-là, Boulette d'Avesnes continuait à défoncer du skink, envoyant Tualtoqs se faire soigner. On a un peu fichu le bazar chez les lézards et ils n'avaient plus beaucoup de temps pour marquer. Ils ont tenté une passe, mais sans succès. Alors on a ramassé le ballon, Gris de Lille a fait une passe à Sire de Créquy, qui a marqué peu avant la fin de la mi-temps.
    Avant le coup de sifflet, les Raptors ont cogné, cogné... Ils ont bien assommé deux rats, mais on voyait que le cœur n'y était plus... et puis on avait notre souris qui nous servait des bières, alors nos joueurs sont presque tous revenus.

    La deuxième mi-temps a démarré à 10 contre 10. C'était les Raptors qui bénéficiaient de l'engagement, la balle a atterri pas très loin de la ligne médiane. Les skinks se sont regroupés autour du ballon, mais au moment de le prendre, Uazit-qa a raté son ramassage. On a sauté sur l'occasion - et sur le skink. Alors qu'il était en train regarder avec des yeux horrifiés son erreur, Boulette d'Avesnes (toujours lui) lui a fracassé la mâchoire. Et là c'est le coach adverse qui regardait le désastre avec des yeux horrifiés... Gris de Lille a ramassé la balle, l'a passée à Mimolette qui s'est réfugié dans notre fond de terrain. Une fois qu'on était positionnés, Mimolette a couru, fait une transmission à Sire de Créquy, qui a couru lui aussi et marqué le troisième touchdown du match.

    A l'engagement suivant, on était tellement contents qu'on n'a pas attendu que le ballon touche le sol pour se ruer tous dans la moitié de terrain adverse. On voulait tous attraper le ballon ! C'est Mimolette qui a couru le plus vite et qui a marqué un quatrième touchdown.

    A ce moment-là du match, on s'est retournés sur le banc de blessés des Raptors. C'était impressionnant. On voyait dans le fond Le Roi du Goûter, le coach adverse, en train de pleurer des larmes de crocodile. A l'engagement on était 11 Tiots Rats contre 7 Raptors, dont seulement deux skinks. Mazdah, le porteur de balle, s'est placé dans une cage relativement lâche en milieu de terrain. C'est le moment qu'a choisi le sorcier qu'on avait engagé (tiens on l'avait presque oublié, lui) pour lui balancer un éclair dans la tronche. On a un peu fait le ménage sur les saurus qui restaient autour, puis Gris de Lille s'est emparé de la balle, et fait une passe à Mimolette qui... devinez quoi ?... a couru et marqué.

    Après ça, les Raptors ont bien essayé de passer notre défense, mais ils étaient trop peu nombreux. Le petit skink Xhomiq-shi s'est bien dégagé de la mêlée, après avoir lâché la balle aux prises avec Sire de Créquy, puis l'avoir ramassée peu de temps après... mais trop tard, l'arbitre sifflait déjà la fin de la rencontre.
    On aurait bien continué, nous !

    Comme joueur du match, on a élu Crayeux de Roncq, pour lui faire plaisir. C'est le seul qui s'était pas amusé pendant la partie.

    Bon... On récapitule... Les Raptors, on leur a mis la misère ! 5-0 c'est la branlée du siècle !
    Maintenant, tous les autres adversaires de la ligue, ils vont avoir peur de nous !
    Ils se sont pris 8 blessures sur l'ensemble du match ! Boulette d'Avesnes, à lui tout seul, leur en a fait 4 !
    On est méchants !
    On court vite !
    Gneeeiiihihihihi !!!!




    J5 Les Arcachon Dragons vs les Tiots Rats Cominois

    On a su qu’on allait jouer les Arcachon Dragons et ça faisait bien une semaine qu’on n’était pas très tranquille. Ils ont quand même une grosse réputation les Dragons… bon, nous aussi… mais ils étaient en tête du classement, avec les autres elfes là, le Stade Elfique Parisien. Ils avaient pas perdu un seul match, juste une égalité. Et c’est eux qui s’étaient pris le moins de touchdowns, grosse défense, tout ça. Et par contre ils en ont marqué plein des touchdowns… presque autant que nous ! Et puis c’est des cogneurs, l’air de rien, ils ont plein de joueurs qui tapent fort. On savait pas bien comment on allait les prendre.
    Alors on a demandé au copain d’un copain, et son petit frère est venu nous filer un coup de main pour le match. C’était Casse-Crâne. Et puis on a graissé la patte de l’arbitre avec le fric qui nous restait. Mais on s’est rendu compte après que ces fourbes d’elfes noirs avaient eu la même idée que nous pour l'arbitre.

    Au coup d’envoi, c’est les Dragons qui ont eu le ballon. Le public était tellement chaud qu’il a fallu attendre un peu avant de commencer à jouer. Pourtant, ça a commencé un peu mou du genou. Les Dragons nous collaient des tatanes, mais on tenait le choc, Geddar s’acharnait sur notre vermine au sol, Boulette d’Avesnes (on s’est dit que sa réputation, à cause de ses prouesses du dernier match, l’avait précédé et que peut-être ils avaient peur de lui) pendant que ce scrogneugneu d’arbitre faisait semblant de regarder ailleurs, Malkaroth, l’assassin nous lardait de coups de couteau… enfin bref, rien d’extraordinaire. Les elfes avançaient, nous on reculait, sauf le gros Casse-Crâne qui s'ébattait au travers des lignes ennemies en flanquant des elfes par terre, mais sans faire de dégâts remarquables. Et puis au bout d’un moment, Norbean a donné la balle à Galdfir, qui a marqué le premier touchdown de la rencontre.

    A l’engagement suivant, les Dragons ont opté pour une défense en fond de terrain. On était pas pressés, alors on a pris le temps de mettre ko deux des trois elfes qu’on avait devant nous. Puis Fleuron de Bruges a ramassé la balle et s’est mis à courir avec le reste de l’équipe. On a crevé leur défense par la droite et au dernier moment, Fleuron de Bruges a donné le ballon à Mimolette, qui a inscrit le touchdown.

    La mi-temps était presque terminée, mais ils sont réactifs ces elfes ! Ils n’ont pas usurpé leur réputation ! Ils se sont positionnés proprement, en débordant même un petit peu de leur moitié de terrain alors qu'on venait de taper dans la balle. Quels tricheurs ces elfes ! On les a tous marqués, tous les Dragons, et c’est Casse-Crâne qui tenait le porteur de balle en respect avec sa grosse queue. Mais ce dernier, Norbean, a réussi à s’esquiver et à donner la balle à Dompteuse de Nick, qui a marqué sans plus de difficulté.

    Après ça, il ne restait que quelques secondes, et le coach 33brunch n’a pas imaginé qu’on aurait le temps de marquer si vite. Peut-être qu'il nous connaissait mal, peut-être qu’il avait mal regardé le chrono… en tout cas, il s’en est mordu les doigts. Selon une technique mille fois répétée en entraînement (et en match), Crayeux de Roncq a dégagé le passage, Fleuron de Bruges a passé à Gris de Lille qui a couru pour marquer en un temps record. Il n’y a que Fleuron qui a presque flanché au moment de courir suffisamment loin pour faire sa passe. Il se fait vieux, Fleuron.

    A la mi-temps, il y avait des remous dans le public, qui estimait que ça ne castagnait pas assez. Nous on était assez confiants : on était à égalité, on allait recevoir l’engagement et on n’avait perdu aucun joueur. On leur avait pas fait de mal non plus, mais on avait imaginé galérer bien plus que ça contre les fameux Arcachon Dragons. On entendait au loin la voix puissante du coach 33brunch qui engueulait ses joueurs.
    Les elfes ont fait semblant de se mettre en position basse à l’engagement, mais à peine le ballon était en l’air qu’ils se sont tous mis contre notre ligne d’engagement. Il y a même Banlil l’intrépide qui s’est jeté sur Casse-Crâne : il lui a mis un coup de boule qui lui a fait le coup du lapin et bam ! notre gros copain est mort sur le coup. Le public, qui n'attendait que ça, a fait une ola. 33brunch, de l'autre côté du terrain, arborait un sourire satisfait. Enfin bon, va falloir expliquer ça à son grand frère quand on va rentrer… Déjà, ça, ça nous a mis les boules. Quand le ballon a touché le sol, on s’est dit qu’essayer de les frapper, c’était plus possible. Le plan B, c’était… courir !!
    Alors Fleuron de Bruges a passé au coureur d’égout Sire de Créquy, qui a couru aussi vite qu’il a pu, sur le bord du terrain. Malkaroth a essayé de le poignarder sans succès, mais la défense elfe faisait bloc. Y avait plus moyen de passer par là. Sire de Créquy a changé d’avis et est reparti en arrière pour redonner la balle à Gris de Lille qui est parti la protéger au fond de notre terrain, tremblant comme une feuille.
    Geddar s'est fait alors renvoyer par l’arbitre alors qu’il piétinait Mimolette. Mimolette était tout plat, notre apothicaire s'est senti obligé d’intervenir. Peu de temps après c’est le drame... Y a Dompteuse de Nick qui a tué Maroilles, notre vermine de choc, un joueur précieux qui était là depuis le début de l’équipe…
    Mais à force de taper, les Dragons avaient laissé une ouverture pour Sire de Créquy. Avec Gris de Lille traversant le terrain en trombe, ils ont repris leur action là où ils l’avaient laissée. Et ce coup-ci, Sire de Créquy ne s'est pas fait rattraper par la défense elfe avant de marquer le cinquième touchdown de cette rencontre.

    Il restait encore bien la moitié de la mi-temps, alors on a serré nos fesses de rat pour défendre comme on pouvait. Et là, Dompteuse de Nick nous a fait un festival : elle a écrasé la main de Pavé de Roubaix et tué Mignon, le petit dernier chez les coureurs d’égout. Avec Carré du Vinage qui s’est lui aussi fait sortir, c’était l’horreur. On regardait le chrono et les minutes nous semblaient des quarts d’heure ! Sire de Créquy a essayé courageusement d’arracher le ballon à Norbean, mais l’autre a été plus rapide et a passé la balle l’air de rien à Banlil. C’est Banlil qui a marqué le touchdown de l’égalisation à la dernière minute.

    Bon, si on fait le point… On a quand même pas démérité, c’était quand même les meneurs de la ligue et on leur a tenu tête. Bon, en même temps, les meneurs de la ligue, ça devrait être nous. Enfin, on leur a même collé plus de touchdowns en un match qu’ils ne s’en étaient pris depuis le début de la saison.
    Par contre on a perdu deux joueurs permanents, et on va se faire engueuler par le grand frère de Casse-Crâne. Il faut faire la peau à Dompteuse de Nick, mais on préfèrerait pas le faire nous-mêmes… alors avant qu'on les rencontre à nouveau, on va essayer de s’arranger avec le Stade Elfique Parisien ou les Raptors de Limoux pour qu’ils le fassent à notre place, parce que celle-là… on veut plus la voir !



    J6 Les Naujac Medorc Boars vs les Tiots Rats Cominois

    Aux derniers entraînements, il a fallu former sur le tas les petits nouveaux. On en avait trois : Trappe de Bailleul, la vermine de choc qui succède au grand Maroilles, Briquette de l’Ecaillon, un autre petit coureur d’égout qui a pris la place de Mignon, et enfin Belval, qui avait vu de la lumière et qui est resté.
    Alors, avant le match on avait un peu regardé à qui on avait affaire, et on a pas été déçus : y avait Cissac, le fameux lanceur dont on avait pas mal entendu parler dans les comptes-rendus de matches, une belle brochette d’orques noirs cogneurs, une bande de blitzers tacleurs, dont un vachement costaud, Valeyrac.
    On s’est dit que ce serait dur de jouer physique contre eux. En même temps, jouer physique, depuis notre match contre les Arcachon Dragons, on y réfléchit à deux fois... y en a encore qui en font des cauchemars.

    Au début du match, ça s’est pas passé tout à fait comme on aurait voulu. Déjà on a botté en dehors du terrain, alors l’arbitre a donné le ballon à Cissac directement. Et puis le premier choc a été un peu violent. Queyrac a collé une châtaigne à Trappe de Bailleul, qui a demandé tout de suite les soins de l’apothicaire. Ça faisait même pas trois minutes que le match était commencé, alors on a un peu râlé mais on l’a remis en état pour qu’il puisse continuer le match. Et puis juste après y a Emmental qui est ressorti assommé du terrain après avoir essayé de se relever pour se placer en défense
    On avait un pote magicien dans le public, il a bien vu que ça partait mal et il a pas attendu longtemps pour intervenir : Les Naujac Medorc Boars avaient formé une cage en milieu de terrain et il a balancé une grosse boule de feu dans le tas. Six joueurs se la sont pris dans la tronche, ils étaient tout noirs. Le troll s’en est tiré avec une commotion, mais ça régénère ces grosses bêtes là, et il s’en est remis pratiquement tout de suite. Les autres joueurs étaient à terre, sauf deux, dont l’héroïque Cissac, qui n'avait pas bougé, imperturbable, les dents serrées et la balle en main. Les Tiots Rats n’ont pas attendu longtemps avant de se jeter sur lui, toutes griffes dehors. On s’y est mis à trois et c’est Sire de Créquy qui a tenté de lui prendre le ballon, en s’y reprenant plusieurs fois, frénétiquement, mais sans succès ; le lanceur orque était à peine repoussé, et prêt à en découdre, l'air mauvais.
    Pendant ce temps là, les autres orques qui étaient loin du ballon s’en donnaient à cœur joie. Alors qu’on se faisait tous mettre par terre, Pauillac a même blessé Fleuron de Bruges (ça nous a mis un coup parce qu’on l’aime bien Fleuron de Bruges… il est un peu vieux, mais c’est lui le chef et quand il dit quelque chose, on l’écoute toujours… un peu comme Bubu en fait).
    Là c’était la panique totale, on pouvait plus vraiment parler de défense. Boulette d’Avesnes a bien tenté une action fabuleuse qu’il a manqué réussir : Cissac se trouvait en bordure de terrain protégé par deux autres joueurs, il s’est jeté dans la mêlée après trois esquives dont une particulièrement périlleuse, mais s’est fait dégommer au dernier moment par un coup de boule bien senti de Cissac, toujours présent. Pendant ce temps-là, Saint-Seurin-de-Cadourne faisait le ménage en piétinant tous les rats qui passaient sur son chemin, en sifflotant. On essayait tous de sauver notre peau, et les orques ont marqué un premier touchdown.

    On savait qu’on devait marquer vite, et ça n’a pas traîné. De toute façon, après l’invasion du terrain par les supporters, les deux tiers de nos joueurs étaient à terre. Sablé de Wissant a transmis la balle à Briquette de l’Ecaillon, qui a fait une petite passe à Gris de Lille, qui a couru sans regarder derrière lui jusqu’à la ligne de touchdown. Zou !

    Les Naujac Medorc Boars savaient qu’ils devaient aller vite s’ils voulaient mener au score à la fin de la mi-temps. Ils ont préparé une cage et sont venus se poster sur le côté gauche de notre moitié de terrain, mais au moment de recevoir la passe de Cissac, Bégadan devait être distrait, il a laissé échapper le ballon, qui s’est retrouvé au bord du terrain, entouré de près ou de loin par cinq orques et le troll Jau-Dignac-et-Loirac.
    N’écoutant que son courage, Sire de Créquy a couru comme un fou se jeter dans la mêlée, esquivant, esquivant une autre fois, esquivant encore, sprintant, ramassant la balle et faisant une passe magistrale malgré la pression à Gris de Lille, qui, connaissant bien son partenaire, s’était mis en position.
    Cissac, inspiré par cet acte valeureux, s’est lui aussi jeté dans une mêlée de rat. Il a réussi à atteindre Gris de Lille, mais au moment de lui coller une droite, ils se sont retrouvés face à face, les yeux dans les yeux, aucun des deux ne voulant lâcher un pouce de terrain, et encore moins le ballon. Gris de Lille s’est alors soustrait à son adversaire et a couru marquer le touchdown juste avant la fin de la mi-temps.

    A l’engagement de la mi-temps suivante, c’était nous qui avions le ballon. On savait qu’on devait marquer rapidement si on voulait être un peu tranquille, alors Mimolette a ramassé la balle et on a mis la pression en se collant le plus possible vers l’avant. Les orques sont tous venus au contact pour nous empêcher de passer, mais on a transmis le ballon à Sire de Créquy, qui a esquivé Couquèques et Valeyrac et marqué un troisième touchdown en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.

    Après ça, on s’est dit que, sauf retournement de situation incroyable, le match était plié, alors on y est allé mollo. Les orques ont attaqué en laissant Cissac au milieu d’une cage et en avançant lentement, mais sûrement. Nous on essayait de les empêcher d’avancer, mais prudemment. D’ailleurs on avait laissé Gris de Lille se reposer dans les vestiaires, en se disant que comme on allait sûrement se faire casser la gueule, autant qu’il reste en dehors de tout ça. Finalement, on s’est bien fait taper dessus, mais sans trop de mal. Y a juste Carré du Vinage qui s’est blessé en essayant de faire comme les grands, en tentant d’atteindre Cissac au milieu de sa cage. Il est pas allé loin : direct à l’infirmerie. Sinon les orques nous ont bien mis quelques joueurs ko, mais rien de plus. On les sentait déçus. Nous on était soulagés. La voie était libre, et Cissac a marqué peu avant la fin de la rencontre.

    Si les orques avaient joué la montre en première mi-temps, peut-être qu’il y aurait eu égalité. Peut-être même que le match aurait été complètement différent. C’est en tout cas ce que se disait le coach Gascinho en se tapant la main sur le front à la fin du match et en envoyant son poing dans la figure des quelques journalistes qui osaient l'approcher. On dirait que les techniques de fiottes des coaches darkboy et JuLucky lui ont tapé sur le système et qu’il compte bien les essayer dans ses prochains matches…
    Nous on est plutôt contents. Les derniers entraînements ont été bons pour Sire de Créquy, désormais très agile, le roi pour les actions d’éclat improbables et Mimolette, qui court maintenant presque aussi vite que Gris de Lille. On testait leurs nouveaux acquis dans ce match et on doit dire que c’est monstrueux. Nos futurs adversaires n’ont qu’à bien se tenir !

    Sinon, après s’être fait décimer par des elfes noirs, on s’attendait à devoir encore recruter du personnel après le match contre les orques, mais finalement ça s’est bien passé. Du coup on sera au complet pour se farcir le Perpignan. Blood. Bowl. Club, l’équipe de notre président préféré, et ce sera pas du luxe, parce qu’il y a une paire de costauds chez eux aussi.

    Mais faudrait d'abord qu'ils nous attrapent !!!




    J7 le Perpignan.Blood-Bowl.Club vs les Tiots Rats Cominois

    Pendant toute la semaine, pendant l’entraînement, on a rien fait d’autre que de s’entraîner à la course. Y avait un mec qui se baladait avec une pancarte sur laquelle était collé un poster de l’ogre Perpignan et on essayait de se mettre le plus loin possible de lui. C’était du conditionnement, c’est comme ça que ça s’appelle. On nous avait bien dit qu’il fallait se méfier des autres joueurs aussi : y a Maury qu’est musclé aussi, et Prades et Baixas qui sont super bons en défense, et puis Collioure qui court aussi vite que certains de nous… En fait on s’en foutait. Nous on avait peur de Perpignan et puis c’est tout.

    A l’engagement, on a eu un gros dilemme. C’était les humains qui recevaient. On a été suffisamment réactifs pour se repositionner pendant que le ballon était en l’air, mais le coup de pied de Boulette d’Avesnes envoyait la balle pas très loin de la ligne médiane… Qu’est-ce qu’il fallait faire, se casser loin de Perpignan ou tenir pour rester près de la balle ? Y avait le coach qui gueulait de pas bouger… En fait il y a eu plusieurs approches : tout le monde s’est tiré sauf Carré du Vinage qui est resté courageusement au contact de l’ogre. On s’est demandé si c’est bien ça qu’il voulait faire ou s’il avait juste hésité trop longtemps… De toute façon, ça a pas servi à grand-chose. Le Blood-Bowl.Club nous a claqués au sol, Carré du Vinage le premier, puis ils se sont mis autour du ballon et Cabestany l’a ramassé.
    On a riposté doucement, on avait tous un œil sur Perpignan et on a réussi à former une défense où on se protégeait tous les uns les autres. Solidaires, quoi !
    Alors Perpignan a rattrapé Carré du Vinage et lui en a collé une bien sévère qui l’a envoyé direct à l’infirmerie. Ça confirmait nos craintes… Et puis Rollot de Fruges s’est fait sortir lui aussi, mais ça avait l’air moins grave, il saignait pas, c’était pas l’ogre qui l’avait tapé.
    A partir de là, la solidarité, c’était plus ça. On essayait bien de faire une défense, mais c’était quand même « Tous pour un ! Chacun pour soi ! ». On était là et on mettait la pression, mais tranquille. Les humains, eux, ils avançaient, tranquille aussi, Collioure se préparait à recevoir une passe tranquille, en prenant son temps, quant à Perpignan, il cognait tranquille.
    On a cru à un tournant du match quand Olettes s’est pris un méchant coup de boule de Boulette d’Avesnes alors qu’il essayait de le sécher. L’humain est ressorti sur une civière, et bien que l’apothicaire ait essayé de faire quelque chose pour lui, je crois qu’il ne pourra pas être présent au prochain match. D’ailleurs c’est cool parce que le prochain match c’est contre nous. Enfin… on avait une ouverture pour taper Cabestany, mais Sire de Créquy avait son lacet de défait et s’est vautré sur un croche-patte de Collioure alors qu’on s’était pas encore postés en défense. Et puis juste après, alors qu’on avait réussi à se mettre à trois autour du lanceur humain, il avait sûrement pas eu le temps de remettre sa godasse et s’est à nouveau planté sur une esquive pour se ramasser aux pieds du lanceur.
    Les Perpignanais auraient pu attendre encore un peu avant de marquer, mais on était nombreux dans la zone, y avait pas d’endroit très sûr. Alors Cabestany a transmis la balle à Vingrau, qu’on avait pas bien vu (faut dire qu’on avait les yeux rivés sur Collioure… et Perpignan), et qui est parti marquer en passant par notre droite.

    On avait engagé une petite souris pour nous servir des rafraîchissements, alors Sablé de Wissant et Rollot de Fruges sur le banc des ko attendaient leur bière. Mais pas de trace de la serveuse… et les deux rats sont restés sur le banc.

    Les humains ont botté comme des patates à l’engagement, alors on a pas fait compliqué : on a donné la balle à Gris de Lille, qui a couru dès le coup de sifflet et marqué alors que l’arbitre n’avait pas fini de souffler.

    La mi-temps était pas terminée, mais presque, et la serveuse était toujours pas là, Sablé de Wissant et Rollot de Fruges attendaient toujours. On s’est dit qu’elle était certainement bourrée dans un coin… on était un peu en colère.
    On l’a retrouvée pendant la mi-temps, et elle semblait fière d’elle. Alors qu’on s’apprêtait à lui passer un savon, elle nous a montré une énorme caisse derrière elle. En fait, pendant toute la première moitié de jeu, elle s’était infiltrée dans les vestiaires adverses et avait chipé la cargaison de Raide Boule destinée à Perpignan.

    Elle en a donné à toute l’équipe et on est tous arrivés sur le terrain en tremblant un peu, mais complètement à cran ! Par contre on a bien vu que Perpignan était pas dans son assiette, il avait le regard vitreux, et il a pas bien entendu quand la mi-temps a commencé. Il a commencé à réagir alors qu’on était déjà tous en train de courir.
    On était déjà en position, pas loin de marquer, quand une boule de feu est apparue dans le ciel. On était bien contents, on s’est dit que notre pote magicien qui nous filait un coup de main depuis trois matchs était encore là. Mais soit c’était pas lui, soit il a visé comme un pied, en tout cas c’est Fleuron de Bruges qui s’est pris la déflagration dans la poire, et Perpignan s’est posté juste à côté de la balle que notre lanceur venait de lâcher.
    Et là, sous l’effet du Raide Boule, on a pas réfléchi. On s’est mis à six autour de Perpignan et on a tous tapé aussi fort qu’on a pu. Blam ! Et on est restés éberlués quand on a vu que le gros Perpignan, eh ben, on lui avait fait suffisamment mal pour qu’il revienne pas du match. C’était la folie dans les tribunes, les supporters hurlaient, les souris nous envoyaient des soutiens-gorges !
    Alors Mimolette a ramassé la balle et Sire de Créquy, au lieu de courir vers la ligne d’en-but, comme il aurait fait d’habitude, s’est retourné pour coller une mandale à Collioure. Ça a été comme un signal, on a tous tapé. On a fait de mal à personne, mais on se sentait invincibles. C’est bien le Raide Boule ! On a quand même fini par reprendre nos esprits, et Mimolette a dépassé tout le monde en se collant au bord gauche du terrain pour aller marquer un touchdown.

    On se demandait comment ils allaient s’en sortir sans leur joueur star, le P.B-B.C, sans le pilier de leur équipe. Plutôt bien en fait… Leurs attaquants sont venus se poster dans notre moitié de terrain pendant que Cabestany restait en arrière avec la balle. Nos joueurs ont bien essayé de l’atteindre, mais ils ne sont pas arrivés jusqu’à lui – il faut encore qu’on s’entraîne à courir. On s’est retrouvés à moitié débordés, on était pourtant en supériorité numérique, les joueurs des deux équipes tombaient en courant, en esquivant… C’était saignant aussi : Briquette de l’Ecaillon et Rollot de Fruges se sont fait mettre ko, Boulette d’Avesnes a blessé Baixas, Sablé de Wissant a jeté Maury dans le public… Et puis ça s’est mal passé pour eux quand Cabestany a fait une passe à Vingrau, mais que l’autre n’a pas réussi à réceptionner le ballon. La pression…
    C’était tendu pour les Perpignanais. Il y avait presque autant de rats que d’humains autour du ballon, au milieu du terrain, et il fallait qu’ils se dépêchent de marquer : ils n’avaient plus le temps de construire quoi que ce soit. Cabestany a tenté l’impossible : il a ramassé la balle aux pieds de Boulette d’Avesnes, mais le rat ne l’a pas laissé repartir, et le lanceur s’est ramassé, face contre terre. Sire de Créquy s’est emparé de la balle et l’a transmise à Mimolette, qui a marqué en un éclair. Ça a été le dernier point du match.

    Les humains ont bien essayé de faire comme nous et de marquer vite, pour sauver l’honneur, mais faut vraiment qu’ils s’entraînent à la course, y a encore du boulot. Ils ont quand même réussi à blesser Rollot de Fruges, pour la forme. Rollot de Fruges, c’est le punching-ball du match !

    Alors on est pas peu fiers, parce que d’une on a gagné, de deux on est encore tous vivants après la confrontation avec Perpignan, et de trois on a même réussi à le coller à l’infirmerie, le Perpignan !
    Le seul truc, c’est que le match retour, c’est la prochaine journée et que Perpignan, il sera encore là… sauf que ce coup-ci, peut-être qu’il sera vraiment en colère… Moi, je dis, on a encore une semaine pour continuer à s’entraîner à courir !
    Et puis, faut qu’on se procure du Raide Boule ! C’est bien le Raide Boule !




    J8 le Perpignan.Blood-Bowl.Club vs les Tiots Rats Cominois

    Ils ont été costauds les gaillards de Perpignan, on peut pas dire qu’on a eu une partie facile. On avait pris nos marques la dernière fois, alors on s’est dit qu’on allait faire pareil. Une petite serveuse de bières du Nord dans le coin pour nous, un mercenaire de leur côté, ça se présentait plutôt pas mal. Il y a même le soleil du sud qu’avait l’air de taper un peu (c’est qu’on a la peau sensible nous) et on avait un peu peur d’être un peu gênés pour les passes, mais en fait le match était à peine commencé qu’il y avait déjà quelques nuages. On était comme à la maison, c’était top !

    C’est les humains qui ont eu la balle à l’engagement et c’est Cabestany qui l’a ramassée. Ils ont commencé assez mollement, en se plaçant intelligemment pour étouffer dans l’œuf tout début de contre-attaque. Enfin, mollement… on avait peu les boules que Perpignan commence à s’énerver, alors on a un peu anticipé. En fait, dès que Perpignan nous tapait dessus, on faisait « ouille ! ouille ! », on fermait les yeux et on les rouvrait que quand on était au chaud dans les vestiaires avec la souris aux bières. Faut dire qu’elle était mignonne celle-là. Y a Crayeux de Roncq qu’est parti assez vite comme ça, et puis Sablé de Wissant, après s’être pris un coup de boule de Baixas. C’était pas très sympa pour ceux qui restaient sur le terrain, mais au moins on se faisait pas de mal.
    Les Perpignanais étaient en confiance, ils cherchaient le contact, tout en surprotégeant leur porteur de balle. Nous on essayait de les ralentir, mais ça servait à rien, de toute façon ils avaient pas l’air de vouloir avancer bien vite. On tapait sur ceux qu’étaient un peu à l’écart du groupe, mais ils avaient la niaque, et ça donnait rien. La moitié des rats s’est retrouvée devant pour la contre-attaque (mais si, mais si !) et ceux qui étaient derrière s’étaient jetés au sol pour qu’on arrête de les taper.
    A ce moment-là, Cabestany a transmis à Vingrau, qui est passé derrière notre rideau défensif, ou ce qu’il en restait. Mais là, Sire de Créquy, qui semblait venu de nulle part, a traversé le terrain en trombe pour arracher le ballon au blitzer du P.B-B.C… il a flanché au dernier moment et s’est étalé aux pieds des Perpignanais, rigolards. Il s’est fait cogner, fouler aux pieds, mais il a tenu le coup. Il en voulait vraiment et a même essayé encore une fois de prendre le ballon des mains de Vingrau, malheureusement toujours sans résultat. Pendant ce temps-là, les autres chez les Tiots Rats, on était tous à l’autre bout du terrain en train de siffloter, à terre, voire carrément planqués dans les vestiaires.
    Vingrau a fini par se décider à marquer, et comme ils ont botté comme des quiches à l’engagement, on a donné la balle à Gris de Lille qui a couru pour rétablir le score à un partout à la fin de la mi-temps.

    A ce moment-là, c’était comme un retour au début du match. Personne avait vraiment forcé, y avait égalité, on n’était pas fatigués. Tout le monde était revenu d’avec la souris, et le type de Perpignan qu’on avait mis ko en première mi-temps était de retour lui aussi.
    Mais les humains, ils avaient bossé leur défense. On a eu du mal à mettre la pression et eux ils la mettaient plutôt bien. On a fait une feinte sur la droite, un repli stratégique sur la gauche, et au moment où Perpignan a fracassé la tronche de Carré du Vinage (là c’était pas du chiqué, notre apo a même dû intervenir), on est tous partis, tous ensemble sur le flanc droit. Hoy ! Hoy ! Sablé de Wissant a fait une passe à Mimolette, protégé par Sire de Créquy et Emmental, on était tous bien en formation serrée quand BLAM ! y a une boule de feu venue de nulle part qui a dégommé tout le monde : Sire de Créquy au vestiaire, les deux autres par terre, la balle au sol sans personne pour la protéger. On avait pas du tout prévu ça…
    Les Perpignanais se sont positionnés tout autour de nous mais Collioure, au moment de récupérer la balle, a fait un truc bizarre. C'est-à-dire qu’il a bien ramassé la balle, mais seulement la troisième fois qu’elle lui est passée dans les mains. Du coup, il n’a pas eu le temps d’aller se cacher derrière le gros Perpignan.
    Après, ça a été un peu le bazar. Y avait un gros paquet de joueurs, on s’est tous passés les uns au-dessus des autres, je pense qu’on a tous touché la balle au moins une fois, mais y en a pas un qu’était fichu de l’attraper. Et puis Davion le Musculeux, le petit journalier que les humains avaient embauché a fait une grossière erreur en voulant cogner Mimolette : le tiot coureur d’égout l’a fait regarder ailleurs et lui a envoyé un méchant coup dans les parties… n’importe quel joueur un peu plus expérimenté se serait pas laissé avoir par ce truc vieux comme le monde. C’est ça d’embaucher des mercenaires. Du coup on a eu le temps de se réorganiser, Mimolette a couru derrière la ligne de touchdown pour recevoir la passe de Fleuron de Bruges et on a marqué le point de la victoire.

    Après ça, les humains ont bien tenté une grosse percée partout dans notre moitié de terrain pour égaliser dans le temps qui leur restait, mais on s’est répartis pour marquer tout le monde, et le lanceur Cabestany n’a pas réussi à se dégager de Gris de Lille et Mimolette qui étaient venus l’empêcher de faire sa passe.

    Donc au final, on a gagné. Mais quand on y pense bien, si Collioure savait jouer le ballon et si Davion le Musculeux savait un peu se battre, on aurait été sérieusement mal barrés. On est pas passé loin de l’égalité, et qui sait, peut-être même d’une contre-attaque ! En fait, vaut mieux pas y penser.
    Enfin bon, on a quand même gagné, et la bonne nouvelle, c’est qu’on reverra pas l’ogre Perpignan sur le terrain avant la saison prochaine. Ça nous laisse un peu de répit. D’ailleurs maintenant, comme on est fans des ogres chez les Tiots Rats, on a tous pris un abonnement pour les matchs du P.B-B.C, comme ça on pourra compter les blessures que Perpignan va faire aux autres équipes en mangeant des petits dés de fromage et en buvant des bières. Ça, ça va être bon.
    Et pour la suite du championnat, on se retrouve à nouveau en tête, juste devant les elfes noirs de 33brunch. Et on attend un peu les Fossoyeurs d’Alençon, qui devraient nous rejoindre bientôt !


    _________________
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

      La date/heure actuelle est Jeu 19 Oct - 23:48